Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Femu a Corsica demande au président Macron des gestes forts avant sa venue
1 photo disponible

Femu a Corsica demande au président Macron des gestes forts avant sa venue


Calvi

Par

Le 12 Mars 2019


- Quelle est la raison de cet appel au chef de l’Etat ?
- Pour Femu a Corsica, la venue annoncée du Président Macron dans l’île doit impérativement être l’occasion d’annoncer une nouvelle politique de l’Etat, en rupture avec l’attitude de déni démocratique qui a prévalu jusqu’à aujourd’hui. La première visite d’Emmanuel Macron, en tant que président de la République, a été catastrophique, condescendante et va-t-en guerre. Je rappelle, pour mémoire, l’épisode d’une cause judiciaire qui « ne se plaide pas » visant le Président du Conseil exécutif qui est un avocat, les drapeaux corses retirés des salles où se trouvaient le chef de l’Etat, la fouille des élus … et bien sûr, dans une période apaisée, le contenu violent des discours teinté de fort centralisme et de jacobinisme, le cadenas de l’Etat sur la réforme constitutionnelle... Depuis lors, aucun signe tangible n’est venu sur les sujets portés par l’Assemblée de Corse et qui font l’objet de consensus politiques et sociaux importants.

- Quels sujets précisément ?
- La question constitutionnelle et la question qu’il faut enfin régler du rapprochement des prisonniers politiques et du FIJAIT. Egalement, la problématique économique et sociale avec le statut fiscal et social et les propositions issues de la Conférence sociale territoriale, qui est un cas unique et réussi de démocratie représentative et participative avec les votes à l’unanimité de l’Assemblée de Corse, du CESEC et de la Chambre des territoires. La question stratégique de l’énergie et du gazoduc où il n’y a pas de réelle visibilité sur les garanties de l’Etat de nous accompagner vers l’autonomie énergétique. Le Plan d’accompagnement de la Corse en Méditerranée sur lequel le chef de l’Etat s’était engagé : un plan totalement inadapté sous la conduite du ... Préfet, et qui, de toute façon, n’a pas vu le jour ! Sur ces questions, il n’y a pas eu le début d’un dialogue politique sérieux avec des propositions et des réponses concrètes de la part de l’Etat depuis un an.

- Craigniez-vous un deuxième rendez-vous manqué ?
- Oui !
 On ne peut pas accepter que la seconde visite du président de la République se passe de la même façon : soit un show sur le plan de la communication, soit une parodie de consultation qui s’inscrit dans le canevas marketing de son grand débat national ! Alors qu’il y a une situation de fracture sociale et économique, qu’il y a des attentes notamment sur la question des prisonniers et de la société corse dans son ensemble. La Corse entière attend autre chose. Les Corses nous ont mandaté pour négocier des avancées en termes de développement et d’émancipation. C’est pour cela qu’il est temps de tirer la sonnette d’alarme et d’interpeller de manière solennelle le gouvernement.

- Que réclamez-vous exactement ?
- Nous attendons clairement, avant la venue du Président de la République, des signes tangibles et publics affirmant sa volonté politique réelle d’ouvrir un dialogue positif et sans tabou. Dans cette période charnière que vit la Corse, nous espérons que cet appel sera entendu. Dans le cas contraire, nous serions malheureusement dans l’obligation de créer les conditions d’une grande mobilisation politique, économique et sociale. Dans un premier temps, avec les partenaires de la majorité territoriale Per a Corsica. Dans un second temps, avec les forces politiques avec lesquelles il y a eu des convergences, notamment lors de votes à l’Assemblée de Corse. Enfin, avec les forces économiques, sociales et culturelles pour se mettre d’accord sur des propositions concrètes. L’Etat, au plus haut niveau, et le gouvernement doivent comprendre qu’ils ne peuvent pas venir ici faire une deuxième visite symbolique pour complaire à l’opinion publique française. Ils ne peuvent pas se servir de la Corse comme terrain de jeu pour leur communication. Ce serait mettre de l’essence sur de la braise !
- Quel type de mobilisation ?
- Nous allons consulter nos partenaires de Per a Corsica. Nous ne pouvons pas faire lors de cette seconde visite comme s’il ne s’était rien passé lors de la première et comme s’il n’y avait pas eu un an de visites ministérielles avec la main tendue du Conseil exécutif et de l’Assemblée de Corse sur des propositions concrètes et des compromis politiques. Comme s’il n’y avait pas eu de Conférence sociale territoriale et des votes à l’unanimité… L’Etat et le gouvernement savent tout cela, ils ne peuvent pas faire semblant de le découvrir en venant ici, ni d’un point de vue de la posture politique, ni d’un point de vue technique. Nous sommes là, aujourd’hui, pour dire de manière solennelle à Emmanuel Macron qu’il est important d’avoir un comportement responsable face aux propositions qui sont sur la table depuis longtemps, et face à notre légitimité historique, démocratique et électorale conférée par le peuple, et sans équivalent en France et en Europe.

- Avez-vous des informations sur le déroulement de cette visite ?
- Non ! A ce stade, ni en tant que secrétaire national de Femu a Corsica, ni en tant que député, je n’ai aucun élément, aucune information quand à la venue du président de la République.

- Dans son tour de France, le chef de l’Etat privilégie la rencontre avec des maires triés sur le volet. Pensez-vous vraiment qu’il répondra à votre appel ?
- Si le président de la République continue son canevas de communication en allant voir les maires et en négligeant de manière claire et éhontée l’Assemblée de Corse qui est le lieu de la matrice de la démocratie corse où sont débattus les questions de l’île, il s’enfermerait, délibérément, encore une fois, dans une attitude de mépris. Une fois de trop ! Ce serait forcément une situation politique que nous ne souhaitons pas. Cette interpellation aujourd’hui et d’autres qui suivront visent à ce que le gouvernement change de braquet et se mette à la hauteur, par un dialogue respectueux avec les acteurs, de l’ensemble des demandes faites par la Corse afin de trouver une solution politique durable. C’est notre souhait de militants et d’élus responsables. Si ce n’est pas le cas, notre responsabilité commande d’être toujours du côté de ceux qui défendent l’intérêt collectif de la Corse et du people corse. Les chefs de l’Etat passent, les gouvernements passent, la question corse reste posée et restera tant qu’on n’obtiendra pas de solution politique viable !

- Vu les épisodes précédents et le contentieux, il y, quand même, une probabilité sérieuse que le chef de l’Etat vous snobe ?
- Si le président de la République ferait la faute politique, la faute morale, la faute démocratique de ne pas considérer le vote de 56% des Corses, de ne pas considérer la représentation élue qui a travaillé à des compromis, de ne pas considérer l’histoire des relations entre Paris et la Corse dans toutes ses dimensions humaines, culturelles, sociales et économiques posées depuis 40 ans, notamment depuis 2015 et notre volonté de créer les conditions d’un apaisement politique… eh bien, nous créerons les conditions d’une mobilisation démocratique, transparente et déterminée. Le fait de ne pas céder à la provocation du président Macron depuis un an n’est pas un signe de renoncement à nos idées, ni au mandat que nous ont confié les Corses. Nous restons toujours aussi déterminés à répondre aux demandes concrètes des Corses et à obtenir les moyens de l’émancipation de notre pays et de notre peuple pour les générations présentes et futures.

Propos recueillis par Nicole MARI.



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Soirée Fiume’Ziku Night, Samedi 15 Février au Domaine Alzipratu de Zilia

Le 14 Février 2020

La 2e édition de "Fiume'Ziku Night" au profit de l'Association Huntington Corse Maladies Neurodégénératrices (AHCMN) se déroulera le samedi 15 février à partir de 18h30 au Domaine Alzipratu à Zilia.

Radio Calvi Près de 500 personnes à Calvi pour l'inauguration et la présentation de la liste "Ensemble pour Calvi - Oghje pè dumane"

Le 14 Février 2020

C'est en présence d'une foule immense, estimée à près de 500 personnes, qu'a eu lieu ce jeudi soir à Calvi l'ouverture officielle de la permanence de la liste « Ensemble pour Calvi – Oghje pè dumane » conduite par le maire sortant Ange Santini. Une inauguration chargée d'émotion avec deux portraits des regrettés Jean-Toussaint Guglielmacci et Alain-Charles Astolfi dévoilés, avant la présentation de chacun des 31 candidats de la liste.

Radio Calvi Municipales : Éric Simoni dévoile la liste " Pè Bastia "

Le 14 Février 2020

Le docteur Eric Simoni et ses 42 colistiers se sont rassemblés jeudi soir à la salle des congrès du Théâtre de Bastia pour présenter leur démarche aux bastiais. Devant près de 300 personnes " Pè Bastia " a dévoilé les noms de la liste nationaliste.

Radio Calvi Municipales. Filippo De Carlo, candidat à Bastia dans le but de " créer un électrochoc"

Le 14 Février 2020

Filippo de Carlo, la tête de la liste "Bastia forza Nova", n'est pas le seul candidat à se présenter pour la première fois à Bastia, mais il est sans doute un visage peu connu de la politique "traditionnelle". Ce jeune restaurateur de 33 ans, qui mêne une campagne peu ordinaire, a décidé de se présenter à l'élection municipale de Bastia : "pour créer un électrochoc" auprès des tenants "d'une classe politique déconnectée".
Il veut rompre avec "un système archaïque aux pratiques hallucinantes" peu représentatif, selon lui, des citoyens.

Radio Calvi Bastia : nouveau rassemblement de protestation du collectif des infirmiers libéraux

Le 14 Février 2020

Le collectif des infirmiers libéraux corses s'est à nouveau rassemblé ce jeudi 13 février sur la place Saint Nicolas à Bastia pour protester contre la modification de leur convention avec la CPAM et la mise en place de bilans de soins infirmiers (BSI) à remplir en ligne.

Radio Calvi
Autres actualités :